Blog GlobalSign

02 nov. 2018

Blockchain : quatre axes de transformation de l’e-commerce

En 2008, une nouvelle monnaie est venue bouleverser notre vision des transactions financières. Cette nouvelle devise fonctionnait parfaitement sans banque ni autorité centrale, et n’était indexée sur aucune matière première. Si la plupart des technophiles la boudent depuis des années, elle devrait tout de même atteindre une valeur totale de 1 200 milliards de dollars d’ici la fin 2018.

Mais l’aspect véritablement révolutionnaire de cette monnaie, c’est sa façon de traquer les transactions. Chacune d’entre elles est en effet stockée dans un enregistrement unique, continu et inaltérable, complètement ouvert au public. Baptisé « blockchain », cet enregistrement repose sur une technologie qui promet de transformer l’e-commerce.

Qu’est-ce qu’une blockchain ?

Une blockchain désigne un enregistrement numérique visant à stocker une liste de transactions (les « blocs ») adossée à une valeur cryptographique. Chaque bloc contient une référence à celui qui le précède, un horodatage et des données sur les transactions qu’il recense. Ils sont inaltérables : impossible de les modifier une fois créés. Toutes les parties prenantes peuvent donc être sûres de la validité indéfinie des données enregistrées. L’objectif : établir la confiance entre chaque partie à la blockchain.

Si le concept de la blockchain date de 1991, les blockchains d’aujourd’hui ont été créées par Satoshi Nakamoto, le père du bitcoin. Elles servent de registre à sa monnaie. Les blockchains se composent de preuves de travail, des portions de données qui vérifient le contenu d’un bloc. Générées pour chaque bloc, ces preuves de travail dépendent du contenu du bloc. Difficiles à créer et encore plus à modifier, elles garantissent qu’un bloc n’a ni été dupliqué ou altéré.

En clair, la blockchain permet au bitcoin de maintenir son fonctionnement décentralisé tout en veillant à l’intégrité et à l’honnêteté de chaque transaction. Depuis, cette technologie a été adaptée pour le stockage de dossiers médicaux, d’événements, de transactions financières traditionnelles, et même de bulletins de vote.

La blockchain dans le secteur de l’e-commerce

Conçues pour stocker des données transactionnelles, les blockchains conviennent tout naturellement à l’e-commerce. Mieux encore, elles peuvent aussi conserver d’autres types de données. La blockchain peut en effet s’appliquer à n’importe quelle action séparée qui nécessite un enregistrement inaltérable, notamment celles liées au paiement et au traitement d’une commande.

1. Méthodes de paiement alternatives

Avec le bitcoin comme porte-étendard, les cryptomonnaies correspondent à la première implémentation de la nouvelle génération de blockchains. Aujourd’hui, ces cryptomonnaies servent couramment d’alternatives aux monnaies traditionnelles. Les clients peuvent choisir de payer en bitcoin tout aussi simplement qu’ils sélectionneraient PayPal, Stripe ou n’importe quel autre service de paiement en ligne.

Pour les clients comme les vendeurs, le bitcoin et les autres cryptomonnaies offrent plusieurs avantages par rapport aux monnaies traditionnelles. Outre leur simplicité de mise en œuvre, elles permettent d’envoyer et de recevoir de l’argent aussi facilement que de partager un code QR.

2. Accélération des transactions

D’après Monetha, une entreprise de traitement des paiements basée sur la blockchain Ethereum, les systèmes traditionnels peuvent comporter jusqu’à 16 étapes différentes et prélever entre 2 % et 6 % de frais au total. Compte tenu du nombre de parties prenantes — des services de paiement aux émetteurs de cartes bancaires — la simplification du processus transactionnel bénéficie tant aux vendeurs qu’aux clients.

Les transactions basées sur la blockchain s’effectuent sur un seul et même réseau, ce qui réduit voire élimine le besoin d’intermédiaires. La vitesse des transactions n’est limitée que par celle du réseau et par le rythme auquel de nouveaux blocs peuvent être créés. Si autrefois le bitcoin traitait difficilement 7 transactions par seconde, des plateformes comme le Lightning Network promettent désormais de traiter des millions de transactions dans ce même intervalle de temps.

3. Sécurisation renforcée des paiements

Autre avantage pour les clients : la confidentialité des données à caractère personnel sur la blockchain des cryptomonnaies. En 2015, plus de 100 milliards de transactions d’une valeur totale de 5 720 milliards de dollars ont été effectuées par carte bancaire. Mais voilà, rien que l’année précédente, 31,8 millions de consommateurs US se sont fait voler leur numéro de carte.

D’une certaine manière, les monnaies du type bitcoin sont comme l’argent liquide : elles évitent au client d’exposer des données sensibles comme leur numéro de carte bancaire. En effet, le client autorise un transfert de son « portefeuille » personnel vers celui d’un destinataire. La seule portion de données qui distingue son portefeuille de celui d’un autre utilisateur ? Un identifiant unique généré de façon aléatoire.

Capables d’offrir un juste équilibre entre rapidité, confidentialité et intégrité, les blockchains conviennent parfaitement au traitement des paiements. Clients et vendeurs peuvent ainsi effectuer rapidement des transactions sécurisées tout en réduisant le risque de fraude.

4. Meilleur traitement des commandes

L’un des principaux avantages de la blockchain pour les plateformes d’e-commerce : la présence dans chaque bloc d’une référence à celui qui le précède. Cette technologie crée ainsi une chaîne visible d’événements qui s’apparente beaucoup au processus de traitement d’une commande.

Imaginons par exemple qu’une cliente effectue une commande en ligne sur un site marchand basé sur la blockchain. Chaque étape du processus de commande (validation du panier, paiement, traitement et expédition) ajoute un nouveau bloc horodaté à la chaîne. Le processus se déroulerait alors comme suit :

  1. La cliente passe commande en sélectionnant le ou les articles de son choix et en saisissant son adresse d’expédition. La plateforme génère alors un bloc et une preuve de travail pour sa commande.
  2. La cliente paie le ou les produits par carte bancaire. Cette transaction génère un autre bloc, adossé à une autre preuve de travail qui vérifie le paiement au vendeur.
  3. Le vendeur reçoit le bloc pour la commande et le paiement, puis expédie le ou les produits. La plateforme génère alors un troisième bloc pour enregistrer le traitement et l’expédition de la commande.

La chaîne peut également englober d’autres acteurs comme la société de transport. Dans cet exemple, un quatrième bloc pourrait alors être généré par le transporteur après la livraison.

En somme, la technologie de la blockchain permet d’établir des relations de confiance entre toutes les parties. Décentralisée et inaltérable, elle réduit les risques de litiges concernant les paiements et les détails d’une commande. Aujourd’hui, seulement 1 % à 3 % des transactions e-commerce sont à l’origine de conflits. Mais, les registres publics et transparents de la blockchain pourraient bien diminuer encore davantage leur fréquence.

Conclusion

D’ici 2025, les activités basées sur la blockchain devraient générer 10 % du PIB mondial. Les établissements financiers du monde entier expérimentent cette technologie pour créer la plateforme transactionnelle du futur. Mastercard a déjà déployé sa propre blockchain pour le traitement des paiements. À la tête des projets de la société dans ce domaine, Justin Pinkham y voit une solution pour suivre les mouvements des produits pharmaceutiques, des articles de luxe, voire des diamants.

En clair, même si les cryptomonnaies comme le bitcoin ne parviennent pas à s’imposer, la technologie de la blockchain sur laquelle elles reposent est bel et bien sur le point de transformer l’e-commerce et des centaines d’autres secteurs.

À propos de l’auteur

Le rédacteur publicitaire et évangéliste du marketing de contenu Ved Prakash travaille pour les secteurs de l’informatique, des affaires, du marketing et de la finance. L’expert en marketing est spécialisé dans la gestion des ventes et de la distribution de produits IT. Doué de compétences analytiques exceptionnelles, il a à cœur de trouver des solutions pour améliorer vos processus. Ses collaborations avec différents sites d’informations lui permettent de porter un regard croisé sur l’actualité mondiale.

Note : ce billet de blog a été écrit par un rédacteur externe afin de varier les contenus proposés à nos lecteurs. Les opinions exprimées par l’auteur de cet article sont exclusivement les siennes et ne reflètent pas nécessairement les opinions de GlobalSign.

Partager ce blog

Top 10 des VPN qui prennent votre vie privée et votre sécurité au sérieux

RGPD : quels impacts pour les fournisseurs de VPN (et les utilisateurs) ?