Blog GlobalSign

09 avr. 2018

Chaîne logistique : l’IoT, sur le point de surpasser l’Homme ?

À l’heure du numérique, tous les objets, depuis l’appareil électroménager à la voiture high-tech, sont dotés de fonctionnalités qui dépassent tout ce que l’on aurait pu imaginer il y a seulement quelques décennies. Les technologies ont beaucoup évolué et facilitent considérablement notre quotidien ; l’Internet des objets (IoT) joue un rôle non négligeable dans cette révolution

L’Internet des Objets (IoT) désigne un système d’équipements informatiques, de machines mécaniques et numériques, d’objets, d’animaux ou de personnes inter-reliés, dotés d’identificateurs uniques et de la capacité à transférer des données sur un réseau sans que les Hommes n’aient besoin d’interagir entre eux ou avec des machines.

Source

Le monde opère une véritable mutation numérique ; en d’autres termes, l’IoT exerce une influence quasi générale. Je travaille sur l’analyse des chaînes d’approvisionnement et à ce titre, je m’intéresse tout particulièrement au rôle de l’IoT dans la logistique. Dans l’article « How five digital experts at top logistics providers are preparing for the future », l’auteur braque les projecteurs sur la transformation digitale (IoT) des processus par des acteurs majeurs de la logistique. Ces prestataires logistiques disposent de ressources distinctes et dédiées qui travaillent à rationaliser leurs outils de visibilité et de contrôle, tout en optimisant l’efficacité de leurs services logistiques. À cet effet, ils s’appuient sur l’analyse prédictive pour chercher à parvenir à une intégration et une visibilité totales.

Rôle de l’IoT dans la chaîne logistique et chez les transitaires internationaux

Ce billet de blog se concentre spécifiquement sur l’impact de l’IoT sur les chaînes logistiques et plus précisément, chez les transitaires internationaux dans le monde. Le transitaire gère du fret (transport de marchandises), mais aussi les opérations d’import/export pour que les produits soient livrés aux bons clients, à la date convenue et en bon état. L’activité englobe également l’emballage, l’étiquetage et l’ensemble des documents associés aux activités de fret.

Que représente le marché du transport international de marchandises ? Pour ce qui est du fret maritime, il faut savoir que ce mode de transport représente 90 % du commerce mondial !

L’échange de données informatisé (EDI, Electronic Data Interchange) joue un rôle primordial dans la transformation de la gestion du fret. L’EDI a réduit le temps nécessaire pour les réservations jusqu’alors manuelles et les échanges de messages entre deux parties. Suivant les besoins de chaque opération, on utilise différents types d’EDI, comme le détaille cet article. Conventionnelle et évoluée, la technologie EDI permet aux acteurs de la logistique et du fret de réaliser des gains d’efficacité inédits.

Pourquoi les sociétés de logistique sont-elles séduites par l’IoT ?

Pour répondre à cette question, je tiens à souligner les principaux atouts qui rendent les technologies IoT si attrayantes aux yeux des acteurs de la logistique.

Seule une approche « globale », avec interface de contrôle unique pour l’ensemble de leurs activités, permettra aux entreprises d’accroître l’efficacité de leur Supply Chain, d’accélérer et d’améliorer la précision de leurs opérations logistiques. C’est là qu’interviennent l’IoT et l’EDI dans le secteur de la logistique. En effet, grâce aux technologies IoT et aux terminaux EDI, l’information, qui circule en temps réel, est extrêmement précise. Ainsi, les entreprises peuvent :

  • éviter les coûts liés aux pannes de production et d’exploitation et les incertitudes associées ;
  • réagir rapidement aux perturbations et mettre efficacement en place les mesures d’atténuation ; et
  • s’épargner le manque à gagner et l’érosion de leur stock régulateur grâce à un réseau en forte adéquation avec la demande pour une réactivité maximale.

Comment les sociétés de logistique utilisent-elles les concepts IoT ?

Parmi les sociétés de logistique et de fret international, qui sont celles qui utilisent les technologies IoT ? De quelle manière ? Lorsque l’on se penche sur ces questions, certains grands noms de ces secteurs viennent à l’esprit.

DHL

DHL Resilience360 est une solution du géant de la logistique DHL qui propose ainsi aux petits et grands fabricants du monde entier un outil de visibilité et de suivi de leur chaîne logistique, avec des fonctions de reporting. Les entreprises bénéficient ainsi d’une plateforme pour visualiser, suivre et protéger sans peine leurs opérations. Elles disposent, en prime, d’un aperçu détaillé et actualisé sur chacune de leurs expéditions. Cet outil intuitif de visibilité opérationnelle leur permet de suivre leurs expéditions avec les heures d’arrivée à destination prévues.

Outre une visibilité renforcée sur la chaîne logistique, la solution permettra également aux entreprises d’optimiser l’utilisation de leurs ressources.

Pourquoi parler de la solution DHL Resilience360 ? Je tenais à évoquer ce qui permet à DHL de fournir un tel service : l’Internet des Objet ! L’IoT a permis à DHL de se connecter par satellite, de connecter ses équipements électroniques, son système GPS, et les réseaux DHL mondiaux et autres fournisseurs de données de gestion des risques. DHL a donc su impulser un nouvel élan à la gestion du fret. Vous retrouverez les explications détaillées sur cette solution dans le rapport de tendances de DHL, au chapitre « IoT Impacts on Logistics ».

Freightos

Je voudrais vous parler de Freightos, une autre jeune pousse qui joue dans la cour des grands. La solution proposée par cette start-up est une « place de marché » (marketplace) dédiée au fret international. Elle permet de comparer les modes de transport (aérien, maritime et terrestre), les tarifs et les délais de livraison. Tout le concept et le site web associé sont adossés au modèle de marketplace en mode SaaS d’AcceleRate. Le mécanisme s’inspire fortement du principe de l’IoT. Aussi, les informations sont elles recueillies par l’intermédiaire de personnes, d’ordinateurs et d’appareils, puis organisées de sorte à offrir un aperçu instantané sur les prix et les délais d’expédition d’un point A à un point B.

TCS Hazir

Je pourrais également citer TCS, un fournisseur logistique privé au Pakistan, et l’un de ses produits, « TCS Hazir ». Grâce à ce service, un utilisateur peut faire envoyer un colis en ville en seulement 60 minutes. De l’enlèvement à la réception du colis, le système alerte par l’envoi de SMS et de notifications en temps utile. Le service s’appuie pour cela sur l’Internet des Objets, via des équipements EDI, des systèmes GPS et une bonne visibilité sur les opérations de TCS Hazir.

Nouvelle donne

Ces exemples ne représentent qu’une petite partie de l’actualité du secteur de la logistique. Les géants du transport maritime comme DHL possèdent de nombreuses flottes de navires et s’appuient sur la Data pour tout analyser — depuis la planification des itinéraires à la planification des capacités, en passant par les opérations de groupage, de transbordement et de conteneurisation. Ces mastodontes peuvent s’appuyer sur une analyse coûts-avantages pour s’assurer un volume suffisant de marchandises au regard des commandes, et pouvoir à chaque fois livrer ces marchandises en temps et en heure.

L’IoT fonctionne « sans intervention humaine », mais exige une importante duplication du travail et des activités chronophages. Pour une précision maximale, mieux vaut donc que l’Homme et l’IoT travaillent en bonne intelligence sur les plateformes commerciales !

Certes, l’IoT révolutionne la chaîne logistique en termes d’efficacité, mais la sécurité et les risques associés à un éventuel piratage de votre infrastructure IoT doivent être pris très au sérieux. Il est indispensable de sécuriser chaque système sur votre réseau dès lors qu’il est configuré pour recueillir et partager des données ; vous devez en effet pouvoir vous fier à l’authenticité des données qui proviennent et repartent de ces systèmes. Une priorité à garder à l’esprit lors de la conception de vos projets IoT !

À propos de l’auteur

Syed Abdul Rehman se passionne pour tout ce qui touche à la chaîne logistique et la technologie. Il travaille comme analyste supply chain dans l’industrie. Grand amateur d’IoT, d’analytique et d’intelligence artificielle, il s’intéresse de près à la logistique et la chaîne d’approvisionnement. Abdul est diplômé de l’Institute of Business Management, CBM, au Pakistan et effectue actuellement un postdoctorat au sein de ce même établissement.

Note : ce billet de blog a été écrit par un rédacteur externe afin de varier les contenus proposés à nos lecteurs. Les opinions exprimées par l’auteur de cet article sont exclusivement les siennes et ne reflètent pas nécessairement les opinions de GlobalSign.

Partager ce blog