Blog GlobalSign

09 mars 2018

IoT : Top 5 des tendances à suivre en 2018

Au rang des technologies qui ont fait parler d’elles en 2017, l’Internet des Objets (IoT) a trusté les premières places. Selon Gartner, près de 20 milliards d’appareils seront connectés à l’IoT d’ici 2020 ; le secteur des objets connectés et des fournisseurs de services IoT représentera un marché de 300 milliards de dollars US. Voici le Top 5 des tendances qui définiront l’avenir de l’IoT en 2018.

1. Vent de popularité pour la domotique

Même les détracteurs de la domotique qui voyaient d’un mauvais œil ces jouets high-tech irréalistes pour jeunes gens paresseux ont du mal à résister aux charmes des équipements domestiques intelligents connectés. En misant sur l’intuitivité et l’innovation, ces appareils verront leur cote de popularité grimper en 2018. D’un simple atout « confort », la domotique verra son champ d’application s’étendre à la sécurité du domicile et de la famille. Ainsi, un sèche-linge capable d’alerter en cas d’accumulation de peluches permet d’éviter les incendies. C’est le type de fonctionnalité domotique qui devrait être plébiscitée en 2018.

Pourquoi passer aux équipements domestiques IoT ? Pour réaliser des économies d’énergie ! Car oui, les thermostats et éclairages intelligents permettent de conserver l’énergie et de réduire les factures, un critère motivant pour se laisser séduire par les équipements IoT en 2018.

2. Victoire de l’Edge Computing sur le Cloud

C’est un changement qu’il va falloir suivre de près. Depuis quelque temps déjà, les objets connectés utilisent le cloud pour stocker leurs données. Les développeurs et fabricants d’objets connectés commencent cependant à prendre conscience de l’intérêt de stocker, calculer et analyser les « données à la périphérie ».

Le cabinet d’études IDC définit le traitement des données à la périphérie (Edge computing) ainsi :

Réseau maillé de micro centres de données qui traitent ou stockent en local les données critiques et transfèrent toutes les données reçues vers un centre de données centralisé ou un répertoire de stockage dans le cloud, avec un encombrement inférieur à 9 m2.

En clair, au lieu d’envoyer dans le cloud toutes les données d’un objet connecté, les données sont tout d’abord transférées vers un équipement local à proximité de l’objet connecté ou à la périphérie du réseau. Cet équipement de stockage local est capable de trier, filtrer et calculer les données, puis d’envoyer la totalité ou une partie dans le cloud, contribuant ainsi à réduire le trafic réseau.

Baptisée « traitement des données à la périphérie du réseau » ou Edge computing en anglais, cette méthode offre plusieurs avantages. Tout d’abord, elle permet de mieux gérer l’énorme quantité de données envoyées par chaque appareil. Le fait de moins dépendre du cloud permet d’améliorer et d’accélérer les performances applicatives, et de diminuer les taux de latence. Par ailleurs, en collectant et traitant les données en local, l’application IoT consomme moins de bande passante et reste opérationnelle même en cas de problème de connectivité avec le cloud. Avec de tels atouts, l’Edge computing devrait soutenir l’innovation et la généralisation de l’IoT grand public et industriel. Cette prise de recul vis-à-vis du cloud est bénéfique sur le plan de la sécurité (amélioration des pratiques) et financier (réduction des coûts de connectivité). L’utilisation de l’Edge computing appliquée à l’IoT devrait connaître un véritable essor en 2018.

3. Engouement pour l’IoT dans la Santé

La santé offre de formidables débouchés pour les applications IoT qui devraient pouvoir y réaliser leur potentiel cette année. Selon les informations du cabinet Frost et Sullivan, le secteur des objets médicaux connectés devrait se développer pour atteindre un taux de croissance annuel composé de 26,2 % et un volume de 72 milliards de dollars d’ici 2021. Toutes sortes d’équipements — capteurs, vêtements intelligents, équipements médicaux, moniteurs de santé et autres dispositifs médicaux — devraient être connectés à l’Internet des Objets. Plus technophiles que jamais, les professionnels de santé et le grand public seront les grands prescripteurs de l’IoT dans le monde médical. Le paysage de la santé s’apprête à connaître une profonde transformation avec l’arrivée d’applications de santé mobile et autres assistants virtuels pour surveiller la santé des patients au domicile. Il faudra également compter avec l’émergence des vêtements et implants intelligents qui communiquent les paramètres des patients, mais aussi les véhicules intelligents qui surveillent les constantes des patients pendant le transport, et toute une panoplie d’objets connectés intelligents.

4. Priorité sur la sécurité de l’IoT

Avec la généralisation de l’IoT, le nombre d’appareils connectés à l’Internet des Objets s’accroît. L’expansion du réseau et la flambée des volumes de données font cependant peser des risques accrus sur les données. L’explosion de l’IoT doit s’accompagner d’un véritable coup d’accélérateur pour la sécurité IoT. La prolifération de données vitales dans le cloud met la santé des patients et la sécurité domestique en danger. Plus que jamais, l’Internet des Objets doit miser sur la sécurité.

Aujourd’hui, les appareils IoT ne sont pas tous équipés des fonctions de sécurité habituellement présentes sur les ordinateurs fixes et portables. Il va falloir que cela change cette année. L’authentification entre machines (M2M) va se structurer, les identifiants biométriques vont se généraliser, et les technologies d’intelligence artificielle (IA), d’apprentissage machine et de Big Data permettront d’identifier et de repousser les violations de données.

D’après le rapport Symantec sur les menaces de sécurité d’Internet d’avril 2017, les malwares IoT sont en grande partie imputables à des mots de passe trop faibles. La plupart des fabricants d’objets connectés vendent leurs appareils avec un mot de passe par défaut sans donner la possibilité aux clients de modifier ce mot de passe — d’où un nombre record d’attaques DDoS et autres. En 2018, fabricants et consommateurs prendront davantage conscience de l’importance de la sécurité de l’IoT.

5. IA et Big Data

Aujourd’hui, plusieurs milliards d’appareils grands publics et industriels se connectent à l’Internet des Objets et transmettent des données. Les volumes de données à traiter et analyser vont donc exploser de manière exponentielle. L’idée n’est pas simplement de collecter des données, mais d’en extraire des informations exploitables. Des techniques avancées dans le domaine du Big Data et de l’intelligence artificielle seront nécessaires pour traiter une telle masse de données.

La convergence entre intelligence artificielle, Internet des Objets et Big Data va faire naître une nouvelle vague d’applications et d’évolutions de nouvelle génération. Effectivement, à l’avenir, il risque d’être difficile d’envisager l’une ou l’autre de ces technologies séparément.

Les avancées de ces dernières années dans le domaine de l’intelligence artificielle permettent aux développeurs de mettre au jour les liens cachés entre les données. Ces progrès facilitent les processus d’analyse en limitant les données en entrée et apportent une réponse aux problèmes de performance du Big Data. Swapnadeep Nayak, Frost & Sullivan.

Conclusion

C’était donc notre sélection des tendances phares pour l’écosystème IoT cette année. Dans le grand public comme dans l’industrie, l’Internet des Objets connaîtra de formidables avancées, et l’on assistera à la généralisation de certains appareils connectés, jusqu’ici réservés à une poignée de technophiles. Avec l’émergence de technologies innovantes, l’Internet des Objets va devenir plus intuitif et plus ergonomique. Mais dans un contexte d’augmentation des risques pour les données, les fabricants vont cependant devoir redoubler d’efforts pour sécuriser leurs appareils connectés. Derrière ces tendances et prévisions, l’avenir qui se dessine est assurément très prometteur et mérite que l’on s’y intéresse de près.

À propos de l’auteur

Jaykishan Panchal est spécialiste des stratégies de marketing de contenus chez MoveoApps, un éditeur d’applications mobiles. D’un naturel curieux, ce technophile enthousiaste aime écrire sur les tendances technologiques, sectorielles et marketing.

Note : ce billet de blog a été écrit par un rédacteur externe afin de varier les contenus proposés à nos lecteurs. Les opinions exprimées par l’auteur de cet article sont exclusivement les siennes et ne reflètent pas nécessairement les opinions de GlobalSign.

Partager ce blog