Blog GlobalSign

25 janv. 2019

Les soins médicaux du futur : une adoption rapide de l’IoT transforme le secteur de la santé

À l’heure où l’Internet des objets (IoT) révolutionne encore et toujours l’économie, de nombreux secteurs d’activité comme l’agriculture et les transports l’implémentent volontiers. Médicaments, appareils médicaux, surveillance des patients... la santé n’est pas en reste. De fait, les gains d’efficacité et de précision que réservent ces technologies intelligentes au secteur pourraient bien sauver des vies.

Surveillance des patients

Dans le secteur de la santé, ces technologies permettent notamment de mieux surveiller les patients, qu’ils soient hospitalisés ou en consultation externe. Le suivi médical à distance permet aux professionnels de santé de contrôler les signes vitaux des patients et d’évaluer leur réaction physiologique à un traitement sans les rencontrer physiquement.

Implant cardiaque, moniteur de surveillance respiratoire, moniteur de glucose connecté... l’appareil utilisé dépend de la pathologie du patient. Il collecte les données souhaitées et les envoie instantanément vers une base de données pour leur conservation et au médecin pour une analyse et une intervention en temps réel en cas d’anomalie. Ces dispositifs servent souvent à surveiller les patients après une opération chirurgicale. Ils réduisent considérablement le nombre de visites à l’hôpital et les risques de réadmission, puisque les éventuels problèmes sont détectés et pris en charge en amont. Les données temps réel permettent également aux professionnels de santé d’adapter le traitement de chaque patient et de lui proposer des alternatives plus rapidement.

Médicaments

L’une des dernières innovations technologiques du secteur de la santé est l’émergence de la fameuse « pilule intelligente ». Ingérée comme un médicament classique, elle associe son principe actif à une technologie de surveillance pour pouvoir transmettre des informations à un capteur porté par le patient. Ce capteur contrôle les niveaux de certaines substances dans l’organisme, en fonction de la pathologie perçue ou avérée.

Les données de ce type de capteurs sont ensuite transmises à une application mobile pour permettre aux patients d’accéder facilement à leurs propres signes vitaux. Les professionnels de santé ont eux aussi accès à ces informations, avec l’accord des patients. Ils peuvent ainsi veiller à l’efficacité du médicament ou détecter d’éventuels effets secondaires. Par ailleurs, le dispositif permet aux médecins de s’assurer du respect de leur prescription.

En novembre 2017, Abilify MyCite est devenu le premier fabricant d’une pilule intelligente approuvée par la FDA. Seul objectif du dispositif : enregistrer l’heure de prise du médicament. Dès que la pilule entre en contact avec les sucs gastriques du patient, un capteur porté par ce dernier enregistre l’heure dudit événement et transmet l’information à une application mobile, comme décrit précédemment.

Compte tenu de l’importance vitale des dosages et du respect des prescriptions, ces informations sont inestimables pour le corps médical. Ainsi, nul besoin de se fier aux dires des patients. Si ces derniers ne suivent pas leur traitement, les professionnels de santé peuvent leur demander pourquoi et éventuellement l’adapter pour garantir un suivi adéquat.

Pour moi, l’un des aspects les plus perturbants de cette technologie reste l’idée de pilules « robots » qui peuvent agir dans vos entrailles une fois ingérées. Oui, vous avez bien lu ! Des entreprises comme Rani Therapeutics développent en effet des pilules capables de se déplacer dans votre organisme pour exécuter des fonctions impossibles à réaliser sans intervention invasive. Le laboratoire a conçu une pilule qui traverse l’estomac jusqu’à l’intestin grêle, où elle injecte une certaine substance sans l’exposer aux enzymes digestives. Après l’injection, le reste de la pilule se désintègre et est digéré. Le dispositif convient bien aux molécules de grande taille comme les protéines, les peptides et les anticorps.

Dispositifs médicaux

Aujourd’hui très prisés des consommateurs de tous âges, les dispositifs médicaux dits « portables » (wearable) leur permettent de surveiller par eux-mêmes leurs signes vitaux en temps réel. Outre les Fitbit et autres Apple Watch de plus en plus populaires, d’autres technologies de ce type émergent, pour non seulement enregistrer des données, mais aussi accomplir certaines actions à la commande ou en fonction de la situation perçue. Parmi elles figurent les pansements connectés, ou « smart bandage ». Équipés de capteurs, ces pansements peuvent mesurer la taille de la plaie qu’ils recouvrent pour déterminer si elle se résorbe, détecter une éventuelle infection et administrer un traitement local le cas échéant.

Dans l’univers des dispositifs médicaux « wearable », les verres de contact connectés ont eux aussi trouvé leur place. En 2014, Google et Novartis ont annoncé leur intention de créer des lentilles de contact connectées capables de mesurer le niveau de sucre dans le sang de leur porteur à partir de ses larmes. Les informations ainsi collectées seraient ensuite transmises à une pompe à insuline et serviraient à informer le patient si son niveau de sucre est inquiétant et nécessite d’être ajusté. Ces progrès dans le domaine du suivi non invasif des diabétiques pourraient changer la vie de nombreux patients lassés de devoir prélever leur sang plusieurs fois par jour. C’est un espoir pour eux de voir ces recherches actives de techniques non invasives aboutir à des innovations concrètes dans un avenir proche.

Établissements médicaux

Bien que l’IoT dans le secteur de la santé améliore surtout les traitements des patients, les établissements médicaux ne sont pas en reste : opérations plus efficaces, conservation des ressources critiques, etc. En intégrant les technologies intelligentes aux hôpitaux et centres de soins, les professionnels de santé pourront en effet mieux veiller à la pérennité et à l’efficacité des machines comme les machines d’IRM, les scanners TDM et PET, ou encore les appareils de radiographie. L’objectif : prévenir les éventuels dysfonctionnements et erreurs. Grâce à l’utilisation de capteurs distants sur ces équipements, les établissements peuvent réduire voire éliminer complètement les vérifications manuelles, avec à la clé davantage de temps pour les questions plus urgentes.

Dans les établissements de santé, il arrive souvent que des équipements ou ressources fréquemment utilisés soient égarés. En cas d’urgence, cela peut poser de graves problèmes. À cet égard, les technologies de géolocalisation par Bluetooth à basse consommation permettent de localiser les équipements en temps réel, pour simplifier la tâche et réduire le stress des équipes en situation d’urgence. Cette petite innovation a le pouvoir de sauver d’innombrables vies, et ce pour un coût dérisoire en comparaison de ses avantages.

L’IoT transforme déjà le secteur de la santé

D’après une étude menée par Aruba Networks en 2017, 60 % des établissements de santé dans le monde ont déjà implémenté des technologies IoT dans leurs locaux. Ce chiffre devrait même exploser dans les années à venir. Il va sans dire que les solutions IoT ont su trouver leur place dans ce secteur et devraient y perdurer. D’une meilleure surveillance des patients aux pilules intelligentes, en passant par la géolocalisation basse consommation, l’Internet des objets facilite la tâche des professionnels de santé, tout en améliorant les traitements et les soins aux patients. En somme, il est fidèle à sa raison d’être : améliorer la qualité de vie du plus grand nombre.

L’équipe IoT de GlobalSign travaille actuellement avec des entreprises du secteur de la santé à la mise en place de solutions PKI qui les aideront à sécuriser et optimiser leur infrastructure connectée.

À propos de l’auteur

L’été dernier, Ian Low a mis ses qualités rédactionnelles à profit et a découvert l’univers de la cybersécurité à l’occasion de son stage chez GlobalSign.

par Ian Low

Partager ce blog

Secteur de la santé : réglementation et bonnes pratiques de cybersécurité